CONVIVIALITE dans les milongas - 4eme compte rendu.

Voici le quatrième compte rendu.
Il concerne les raisons d’acceptation d’une invitation, l’invitation des débutant(e)s, le refus de l’invitation avec les excuses et les possibles conséquences.

Pour avoir l'ensemble des articles publiés sur le sujet, cliquez sur le Tag CONVIVIALITE.

 

REPONSES  TANGUERAS

 

8) Acceptez-vous l’invitation de débutants : pourquoi ?

Dans 3 réponses sur 4 concernant les raisons de leur acceptation, les tangueras n’ont pas oublié qu’elles avaient été débutantes.

 

TOUJOURS à 2 %

 

SOUVENT à 70%

 

  • Le plaisir peut être partagé, quel que soit le niveau du danseur
  • Nous avons tous été débutants (cité 39 fois)
  • Quand j'étais débutante, des très bons danseurs m'invitaient régulièrement à danser en milonga, et c'est vraiment grâce à eux que j'ai appris le tango, et que j'en suis devenue accro ! Maintenant que je danse mieux, j'essaye de rendre la pareille au maximum.
  • Parce que j'ai beaucoup apprécié lorsque je débutais que des cavaliers, meilleurs que moi, m'invitent. C'est comme cela que l'on progresse. Et puis peut être un jour quand ils auront progressé aurais-je un "retour sur investissement" !  ; )
  • Parce que tout le monde a débuté un jour et que c'est le meilleur moyen de progresser aussi bien pour les hommes que pour les femmes que de danser avec des danseurs plus expérimentés, et bienveillants bien sûr ! D'autant plus qu'il y a souvent des débutants qui sont déjà de bons danseurs avec qui on prend beaucoup de plaisir à danser et qui, avec l'expérience deviendront d’excellents danseurs.

 

PARFOIS à 25 %

 

  • Car j’ai été moi aussi débutante. Il faut leur donner une chance et les encourager. En revanche, ils doivent comprendre de ne pas devenir pots de colle (exemple efficace : inviter pour la dernière danse d’une tanda, prévenir qu’il est débutant…)

 

RAREMENT à 3%

 

  • Puanteur, versatilité, prétention, sexisme, tenue inadéquate, chemise mouillée, Question de principe. A ce titre, il y a des codes vestimentaires à rappeler. Les femmes sont toujours soignées. Les hommes doivent faire de même ; comme il devrait être écrit dans les règles que les hommes apportent plusieurs chemises ou T-shirts pour se changer. Question d’hygiène et de respect. Refus aussi lié à une simple incompatibilité convenue, mais avec respect.
  • Ayant été débutante avec des débutants, je me souviens des difficultés rencontrées de guidage et parfois des maladresses qui peuvent avoir des répercussions physiques (traumas dos suite à sorties d'axe, brutalité du guidage). L'hésitation du débutant finit aussi par gâcher le plaisir sur une tanda quand on a déjà un certain niveau de tango. Je me souviens aussi d'avoir encouragé des débutants en leur temps en dansant avec eux plusieurs fois, ces derniers ont tôt fait de vous oublier dés lors qu'ils progressent oubliant même la simple courtoisie de dire "bonjour" quand on s'est déjà croisé plusieurs fois.

 

 

9) Vous arrive-t-il de refuser une invitation ?         

  • J’évite l’invitation en général  pour ne pas avoir à refuser

 

SOUVENT à 1%

  • Fatigue/pas envie de danser avec cette personne/mauvais souvenir/pause

 

PARFOIS à  17%

  • Manque d’envie de passer 3 à 4 tangos avec la personne
  • Cavalier faisant mal ou désagréable ou incompatibilité

 

RAREMENT à  53 %

  • Pause (fatigue passagère), déjà dansé avec le danseur et pas envie de réitérer
  • Quand je considère que la personne n’est pas respectueuse dans la forme (odeur…) (cité 4 fois) , ou dans le fond (maltraite, douleurs, pas d’écoute…) (cité 9 fois)
  • Deux cas avec deux danseurs : un très mauvais danseur qui me donnait des leçons, et un prof (de Toulouse) qui m’a planté au milieu de la piste lors d’une tanda
  • Il m'est arrivé de refuser une seule invitation dans ma vie.  Une personne qui te défait le dos en trois fois quatre mouvements, et qui en plus est coléreux et agressif.  Malheureusement il me tourne autour, mais s'il réitère son invitation je prendrai le temps de lui expliquer la raison de mon refus.  Si tu entends dire que l'on m'a vu avec des pansements, c'est que ma réponse n'est pas bien tombée.  Je rigole !!!!!!!
  • Le seul refus que j'ai pu faire c'est vis à vis d'un danseur qui, après une première tanda n'a eu de cesse de revenir m'inviter, encore et encore....jusqu'à ce que je dise non ....maintenant hélas c'est un non catégorique d'emblée
  • Danseur arythmique

 

Jamais à  29 %

  • Par délicatesse

 

 

En cas de refus, utilisez-vous une excuse de bienséance ?  

 

  • Non si j’ai mal aux pieds, oui si le tanguero sent mauvais

 

TOUJOURS à 23 %

  • Simple question de fair-play et de politesse

 

SOUVENT à 19%

  • Il m'arrive de refuser un tango aux danseurs qui malmènent leur partenaire ou qui se comportent de façon très désagréables
  • Je ne refuse que quand je suis épuisée et que le danseur en question est quelqu'un qui secoue sa partenaire. Si c'est un débutant qui ne sait que marcher mais le fait sans chercher à imiter les maestros, je ne refuse jamais, ou alors après la 3ème invitation.
  • Cavalier "trop brutal", parfois je me sens fatiguée. Mais j'explique toujours mon refus.

 

PARFOIS à 23%

  • Le refus d'une invitation est soit guidée :
    par une fatigue personnelle au bout de 4 h de danse donc manque d'écoute, 
    par une posture de danse d'un tanguero avec lequel il s'est avéré des douleurs lors de précédentes danses (pieds, dos, bras), 
    par des critiques au cours de la tanda ..
  • Au début, j'utilisais toujours une excuse, fatigue, mal au pied,...Mais je trouve ça très hypocrite. Les hommes invitent les femmes avec qui ils ont envie de danser, et les femmes ont le droit de refuser les invitations des hommes avec qui elles n'ont pas envie de danser, et ne devraient pas avoir à s'excuser pour cela. On devrait tous, hommes ou femmes, accepter les refus et la frustration avec le sourire !
  • Lorsque je refuse de danser c'est parce que j'ai déjà "testé" et que j'ai détesté. Donc je refuse de manière directe et ferme pour ne pas avoir à recommencer  (car je n'aime pas refuser !!!). Si c'est seulement pour cause de fatigue ou de carnet de bal déjà rempli je dis la vérité mais je me débrouille pour aller chercher l'éconduit plus tard dans la soirée ou un autre jour.

 

JAMAIS à 30%

 

  • Pas d'excuses à avoir. Je refuse les invitations à la table sans accord préalable du regard.

 

RAREMENT à 6%

 

10) Ayant refusé l’invitation d’un tanguero, vous est-il arrivé qu’il ne vous réinvite plus ultérieurement ?  
 

SOUVENT à  21%

PARFOIS à  23%

RAREMENT à  23%

JAMAIS à  33%

    

 

11) Qu'est ce qui vous incite à accepter une invitation :
le plaisir partagé 53%,  le comportement 49%, la complicité 35%, le vécu 21%, le niveau 15%,   la tenue 13%, sourire 31%,    douceur 25%,    bon danseur 20%.

Autres critères :

  • Respect de la musicalité essentiel pour moi...
  • Je me situe dans l’état d’esprit que le tango est une danse sociale..., que chacun a à partager cette musique, et pour nous femmes, découvrir des interprétations différentes de la musique en plus de la découverte d’autres guidages, d’autres abrasos. C’est peut-être une richesse que nous avons par rapport aux hommes.
  • Toute personne présente est venue pour danser : donc, dansons
  • Evidemment que le niveau joue mais surtout la façon de vivre la musique, de s’amuser avec le rythme

 

 

 

Quelques commentaires de tangueras :

 

  • Les danseuses « extérieures » se font bien plus souvent invitées que des danseuses débutantes toulousaines qui sortent pourtant souvent et dans différents endroits. Sûrement l’attrait de ce qui est exotique et/ou inconnu …
    A Tres Minutos, nous avons une practica le jeudi soir, où tous les niveaux se mélangent. C’est gratuit pour tous les danseurs de l’association. C’est un excellent moment pour prendre confiance en soi, pour progresser, mais aussi pour se familiariser avec le fait d’inviter ou d’être invité(e). A généraliser le plus possible !

 

  • Il y a trop souvent, pendant les cours, mais aussi parfois en milonga, des hommes qui ne sentent pas très bons de la bouche ou sur eux. Il serait intéressant de rappeler l’idée de la boîte de Tic-Tac qu’utilisent les argentins, mais aussi de l’hygiène comme marque de respect des autres. Les fumeurs n’en sont pas dispensés …  Je suppose qu’il doit y avoir des femmes également concernées par cette « mesure ».
    Certains danseurs (bons ou moins bons) viennent en milonga, et ne dansent qu’avec 1, 2 ou 3 partenaires, et dansent donc de nombreuses tandas avec la même personne. Aucune chance pour les autres danseuses de danser avec ces danseurs, ni pour les autres danseurs d’inviter ces dames qui sont accaparées. On perd, là, toute la valeur de danse sociale, si propre au tango argentin.
    Il y a trop peu de « jeunes » danseurs (- de 40 ans) dans les milongas toulousaines, mais aussi dans certains cours. Ce n’est pas une critique, mais juste un constat. Que faire pour attirer un plus jeune public ?

 

  • Je pense que les "inviteurs" (hommes ou femmes) devraient élargir leur horizon et chercher à inviter une ou deux fois dans la soirée des personnes hors de leurs habitués (débutants, inconnus...). Cela réserve parfois de très bonnes surprises ! C'est un effort, une remise en cause, mais ça permettrait à plus de gens de danser... La mirada et le cabeceo sont en théorie une bonne solution mais ça ne marche pas toujours de façon très "fair play" !

 

  • La question de l’invitation est complexe parce qu’elle touche aux capacités relationnelles et à l’image de soi et des autres.
    Chez les hommes, il doit y avoir la peur du rejet et du jugement de la femme (peur de ne pas être à la hauteur), et du coup, le besoin de sécurité (choisir celles que l’on connaît déjà et avec qui ça marche bien).
    Il y a aussi ceux qui viennent à la milonga chercher une partenaire de vie; et ceux qui courent après « l’idéal féminin », et ceux qui ont des critères précis (parfois revendiqués à mi-voix).
    Bref, pour la femme qui veut danser (malgré le surcroit de femmes), il faut aller inviter et le faire à bon escient.
    Savoir quels sont les hommes qui acceptent d’être invités, serait pour nous qui invitons d’une grande aide…

 

 

REPONSES TANGUEROS

 

2) Vous arrive-t-il de refuser les invitations ?       

 

PARFOIS à 11 % 

  • Et aussi, si j’ai le sentiment d’une « vente forcée », basée sur le culot ou l’appel à la pitié (les deux sont d’ailleurs combinables). Egalement si j’ai une autre invitation en vue (cité 2 fois).
  • Posture incorrecte et douloureuse, ou invitations répétées, ou niveau faible par manque d’investissement personnel, ou vulgarité/agressivité
  • Pas d’envie à cause du contact ou du niveau de danse

 

RAREMENT à 40%

  • Je peux être fatigué, ne pas aimer la musique ou selon la danse aussi (cité 4 fois)
  • Musique qui ne me plait pas, ou excuse physique, ou quand il s’agit d’une personne connue avec qui j’ai  un mal fou à me faire comprendre dans la communication non verbale du tango (cité 2 fois)
  • Parce que je fais toujours confiance à l’intelligence d’autrui
  • Dans le cas où je pense que la femme n’évolue pas dans son tango, qu’elle ne prend pas de cours, et que son seul lieu d’apprentissage est la milonga
  • Si je trouve la tanda non appropriée. Dans ce cas je l'invite une autre fois et bien sûr sur une tanda ad hoc pour une bonne entente.
  • Le bal est avant tout pour moi un lieu social, un lieu d'échange et de rencontre. Refuser une invitation est refuser cette rencontre avec l'autre.
  • L'effort fait par la cavalière mérite récompense. Il n'est pas facile pour elle de faire la démarche.
  • Si la fille est débutante et qu'elle danse le tango avec le buste en arrière, c'est excessivement fatigant pour le tanguero,  et le ressenti est quasiment nul pour pas dire négatif. Dans ce cas, il arrive que cette même fille vienne m'inviter une deuxième fois, et là c'est NON.
  • Je refuse quand mon genou est trop fatigué.  Je refuse rarement car je viens d’une culture JUDO où on ne refuse pas une invitation (à combattre)

 

JAMAIS  à  49 %

  • Sûrement par politesse et respect de la personne qui a fait l’effort de demander. Il arrive aussi que l'on soit agréablement surpris et qu'on se rende compte qu'on avait tort de ne pas inviter certaines danseuses. (cité 5 fois)
  • Si une femme a envie de danser avec moi, il y a des chances que cela se passe bien. Et puis, on peut toujours faire ce petit cadeau à un autre être humain.
  • C'est agréable de se faire inviter, et je n'ai jamais regretté d'accepter. (cité 5 fois)
  • On est à la milonga pour danser (cité 2 fois)
  • C'est un honneur d'être invité par une danseuse. Si j'ai déjà promis une tanda à une autre tanguera, j'explique gentiment et j'invite la personne à la tanda suivante. Il me semble que cette politesse est un minimum de savoir-vivre.
  • ...par amour de la Femme
  • Si une femme a envie de danser avec moi, il y a des chances que cela se passe bien. Et puis, on peut toujours faire ce petit cadeau à un autre être humain.
  • Mais dernièrement je l'ai regretté (à Montpellier). Je suis "tombé" sur une femme ne sachant ni faire un pas, ni un tour, ni un pivot, mais qui n'a pas hésité à se planter en bord de piste pour être invitée à l'occasion d'une tanda de valses !
  • Au pire une tanda dans la souffrance, c'est pas le drame de ma vie. Au mieux, un délicieux moment
  • Pour différentes raisons : même si ça n'est pas bien, ça ne dure pas très longtemps et ça ne vaut pas le coup d'être désagréable et impoli. Elle a eu le courage de m'inviter et c'est bien car ça peut encourager d'autres femmes à inviter, car c'est difficile pour elles. Si je n'apprécie pas, elle le comprendra et sera satisfaite quand même... et probablement m'invitera rarement... comme nous le faisons nous-mêmes en situation inverse
  • Je trouve qu’il faut beaucoup de courage ou de désespoir pour prendre cette initiative
  • Il faut le courage d’inviter quelqu'un.
  • Parce que débutante ou avancée tout le monde a le droit de demander de danser.

 

 

3) Qu'est ce qui vous incite à accepter une invitation :

 

critères : complicité 35%, comportement 29 %, vécu 24 %,  niveau équivalent 22%, tenue 6% et sourire 6 %.

Autres :

  • Par principe, si une femme m'invite, je ne refuse jamais quel que soit son niveau, sa tête ou son aspect; le tango est une danse complice. Je suis honoré qu'une fille m'invite (cité 9 fois).
  • Parce qu’un refus est vexant pour la personne qui invite (cité 3 fois).
  • Plaisir de danser (cité 2 fois)
  • Ca me fait mal de voir une fille assise toute la soirée (cité 2 fois)
  • Une fois qu'elle est là.....à moins d'être un goujat, que faire???
  • C'est avant tout une question de courtoisie.
  • Par complicité, j'entends le sentiment d'une possibilité de partager la musique, d'être ensemble dans une interprétation.
  • Rien de tout cela distinctement. Simplement parce que j’ai envie ou parce que la personne qui invite est souriante et peut assumer mon niveau de danse.
  • En France, le simple fait qu’une femme ait l’initiative d’inviter un homme est encore une attitude de caractère, ça mérite un OUI
  • Une Tanda dure grosso modo Moins de 10mn … ! Même si je n’y trouve pas un grand plaisir, il n’y a pas mort d’homme !
  • Si je suis invité je ne choisis pas. Seul un comportement désagréable pourrait entraîner un refus
  • En premier lieu, c'est le niveau de danse que je vais évaluer en la voyant danser, ou parce que j'en ai un bon souvenir, mais pas seulement! aussi par son attitude, sa posture physique, sa façon de se tenir assise (est elle avachie? ), sa façon de marcher pour aller au bar par exemple (elle peut être magnifiquement belle, si elle marche voûtée les jambes écartées, c'est mort!). Mais également par le désir qu'elle pourra avoir à danser avec moi, qu'elle pourra laisser transparaître dans son regard, par un simple sourire intérieur à mon passage et qui pourra très bien me détourner de la danseuse initiale vers laquelle je me dirigeais!
  • Il n'y a pas de critères. Quand les femmes inviteront autant que les hommes, il y aura probablement plus de critères pour conserver plus de liberté mais aujourd'hui, on en est loin. Donc, j'accepte sans critères
  • Je trouve sympathique que les tangueras invitent également des cavaliers avec qui elles souhaitent danser.
  • Pas de critère pour dire oui. Quelques raisons (peu) pour dire non

 

 

9) Acceptez-vous l’invitation de débutantes : pourquoi ?

 

SOUVENT à 42 %

  • Des tangueras ont bien fait l’effort de me faire danser à mes débuts (cité 8 fois)
  • Il n’existe pas vraiment de débutantes. Certaines danseuses avec quelques heures sont plus agréables que d’autres qui dansent depuis 20 ans. Je n’aime pas voir des danseuses rester assises. En fait, je ne m’occupe absolument pas du « niveau » de la danseuse pour l’invitation. Comme c’est moi qui guide, il m’est facile de m’adapter aux possibilités de la danseuse afin de danser en harmonie
  • Je ne cherche pas à en mettre plein la vue
  • Je ne sais si elles sont débutantes et donc j’assume au mieux de mes capacités. Je le sais et cela ne me dérange pas si elles sont à l’écoute et souhaite danser même modestement
  • Pour qu'elles sortent du statut de débutantes
  • Je suis un défenseur de l’esprit associatif, et dans ce cadre là, nous devons renvoyer quelque chose.
  • Je me rappelle avoir moi-même débuté, n'est-ce pas, et plein de danseuses m'ont aidé à affirmer mon tango. Et puis nous sommes tous toujours des débutants, sachons rester modestes. La prétention en tango est signe d'idiotie.
  • Je n'oublierai jamais que j'ai débuté également, n'est-ce pas, et que des danseuses m'ont tout donné pour prendre confiance en moi. Savoir apporter un peu aux autres, dans l'apprentissage tango ou ailleurs, est essentiel dans la relation humaine.
  • Finalement, guider une débutante est un bon moyen de connaitre la personne au-delà du rituel de la danse (quelque fois c'est un peu laborieux et d'autres fois c'est un émerveillement)
  • C’est un investissement à long terme
  • Les débutantes d'aujourd'hui sont les danseuses de demain.
  • Pour rattraper mes maladresses de débutant
  • Parce qu'elles ne le seront pas toujours et que parfois on se régale d'avantage avec une débutante qui va  mettre toute sa concentration à suivre le danseur plutôt qu'une danseuse qui a suivi des années de cours et qui essaye à tout pris de réciter les pas qu'elle a appris ! Sans doute aussi une petite satisfaction personnelle de l'ego paternaliste !
  • Elles peuvent être débutantes mais très sympas et il faut bien qu'elles dansent et comme les femmes progressent vite, ça devient vite agréable

 

PARFOIS à 52 %

  • Au hasard des invitations
  • Les femmes m’ont beaucoup apporté ; il est donc normal que je renvoie l’ascenseur de temps à autre (cité 12 fois)
  • Des tangueras ont bien fait l’effort de me faire danser à mes débuts (cité 8 fois)
  • On a tous débuté, et j’espère que les débutantes d’aujourd’hui m’inviteront encore lorsque mon pas deviendra moins « sûr », peut-être suis-je le « parrain » de certaines ? (cité 3 fois)
  • Au moins 1 tanda dans la soirée et 2 ou 3  suivant niveau ou attitude (cité 3 fois)
  • Il est plus utile d’inviter une débutante qui est clairement en mode évolutif qu’une danseuse qui n’a pas évolué depuis 10 ans et ne se donne pas les moyens d’évoluer.
  • Certaines sont surprenantes. Sensation d’aide, mais aussi fierté facile.

 

RAREMENT à 4 %

 

JAMAIS  à  2 %

 

 

Un commentaire de tanguero :

 

  • Désolé pour ceux qui pensent que le tango est une activité de personnes « triées » mais, de ma relativement jeune expérience, on y trouve la même proportion de gens insupportables qu’ailleurs !
    Il y aura toujours des vieux pervers pour n’inviter que les jeunettes, d’autres pour n’inviter que les bonnes danseuses et des abrutis qui se fichent des autres sur la piste. La proportion de ces derniers, pouvant influer sur la circulation du bal, étant vaguement semblable à Toulouse, à Tarbes, à Madrid ou ailleurs.
    En ce qui concerne la convivialité, signifiant ici l’invitation des femmes, c’est plus compliqué car, de mon point de vue (de mâle), je comprends qu’une danseuse puisse dire non à une invitation (c’est elle qui souffre lorsqu’il y a incompatibilité de danse!) mais je me vois difficilement dire non à une demande directe sans raison sérieuse sous peine de me sentir mal à l’aise, d’où ma préférence pour la mirada+cabeceo. 
    Pour que les danseuses soient plus invitées, il faut peut-être améliorer le contact entre les gens: avant le bal (auberge espagnole) et dans les clubs/asso avec des sorties de groupe pour que les personnes se rencontrent et se (re)connaissent.

 

 

 

N’hésitez pas à réagir, c’est par une meilleure connaissance des autres que nous évoluerons dans cette convivialité.

 

A bientôt

 

Michel JOLY et le groupe « convivialité » de Tangopostale.

 

Ajouter un commentaire

Filtered HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Tags HTML autorisés : <a> <em> <strong> <cite> <blockquote> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd>

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier que vous êtes bien humain et non un robot, et évite l'émission automatique de spams - respectez bien miniscules et majuscules..
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.