La tête sur les épaules

Ma partenaire venait tout juste de me dire le traditionnel «merci», et moi je lui avais répondu «c’était bien agréable». Elle repartait maintenant parmi la multitude des autres tangueros vers la table où elle était assise avec ses amis depuis le début de la soirée.

Je l’avais remarquée peu après le commencement du bal. Il y avait eu quelques hésitations et tentatives malheureuses, les autres hommes se précipitaient pour l’inviter, la bataille s’annonçait rude. J’avais dû préparer à l’avance mon invitation, stratégie de tanguero expérimenté… guettant l’instant  propice, ce qui veut dire rester dans son secteur proche au commencement d’une série de valses, la musique sur laquelle je me sens le plus à l’aise !

Donc elle avait accepté mon invitation, avec un air détaché, presque résignée…mais en esquissant cependant un léger sourire. Ce qui m’avait un peu déçu car j’espérais mieux, un encouragement plus franc m’aurait donné l’énergie qui commençait à me manquer…

Là je me sentais dans mes petits souliers, étrange sensation pour un tanguero qui s’apprête à danser une série de valses argentines.

On n’avait jamais dansé ensemble, mais j’avais remarqué qu’elle avait une tenue très stable et savait lancer ses jambes pour effectuer ces mouvements tant appréciés des tangueras, et ce avec grâce et entrain.

 

Visiblement ce n’était pas une débutante. Bien que moi-même un peu expérimenté, je manque toujours d’assurance dans les pas un peu techniques et pour couronner le tout ce soir la piste était très chargée, j’avais déjà bousculé et été heurté plusieurs fois par d’autres danseurs. Donc la prudence était de rigueur, pas de tentative hasardeuse… Mais ne risquait elle pas de s’ennuyer si je me cantonnais à des pas trop simples ? Bien décidé à mettre tous les atouts de mon côté je décidais de jouer à fond mon joker et misais au maximum sur le suivi de la musique, le respect du tempo, du rythme… ce que je sais faire le mieux…

Ma stratégie semblait gagnante, pas d’incident technique majeur pendant les 3 premiers morceaux. Je l’avais bien en main; elle se laissait guider merveilleusement. Je n’osais pas la regarder, faisant semblant de protéger ma bulle, de m’assurer que l’environnement était safe. De temps en temps je risquais un rapide coup d’œil. Elle était telle que je l’avais imaginée, un peu plus grande peut être, et ses cheveux clairs brillaient sous les spots qui éclairaient la piste, et me donnaient si chaud… mais cela la mettait si bien en valeur...

Au quatrième et dernier morceau de la tenda je me suis soudain souvenu du conseil que mes amies ne manquaient pas de me rappeler, à savoir, soigne ton abrazo ! Ta cavalière n’est pas un paquet que tu transportes sur la piste. Prends en bien soin, montre lui qu’elle est la seule personne qui compte pour toi en ce moment, essaie de lui faire sentir la magie du tango, en un mot mets y de l’émotion !...

Je me suis alors enhardi à soigner un peu mieux ma prise de contact, tentant de faire passer ces ondes bienfaisantes… Opération difficile avec une valse qui bouge beaucoup, mais je laissais ma main droite sur son dos un peu plus longtemps que ne le nécessitait le mouvement, et je tentais de lui tenir la main avec douceur et fermeté. Là je sentis une réaction de sa part. Sa main s’est resserrée autour de la mienne… et je sentis ses yeux se tourner vers moi, cherchant à croiser mon regard, sans aucun doute…

Je me posais alors la question si c’était le signe qu’elle se trouvait particulièrement bien en ma compagnie ou bien était ce simplement pour s’aider à rétablir une stabilité défaillante ? On ne sait jamais avec les femmes... et c'est avec ce genre de doute encore en tête que je vivais les dernières notes du dernier morceau de notre première tenda…

Je la suivais du regard, se dirigeant vers sa table, une démarche souple et légère, sa tenue noire de tanguéra mettait sa silhouette en valeur, mais je n’osais attarder mon regard plus longtemps de peur que mon attirance ne devienne trop marquée.

Juste avant de s’asseoir un grand garçon s’est approché derrière elle, l’a enlacée par la taille… Elle s’est alors retournée et lui a adressé un joli sourire et un regard complice...

Retour rapide à la réalité, descente de mon nuage...

Je crois bien que je devrais suivre à l'avenir plus fidèlement le conseil de mes amis: les pieds dans le sol… et la tête sur les épaules !...

Claude Gosselin

Photo illustrant l'article: 

Commentaires

Comment: 
Oh! Claudio... ta sincérité fait du bien à ceux qui te lisent; car peu d'hommes sont capables de dévoiler ainsi leurs déceptions et leurs hésitations... les "retour de valses" qu'ils ont dû essuyer; Beaucoup d'hommes viennent danser avec une "arrière-pensée"; pendant longtemps je ne l'ai pas cru; et puis... finallement, je l'ai vu, perçu, ressenti; Il ne faudrait pas danser avec cette idée là! ce serait tellement mieux! tellement plus élégant! Mais... je ne suis pas un homme... et je ne sais pas! comme répondait le chef indien au Président des Etats-Unis qui lui proposait de lui vendre ses terres; De même que la terre ne nous appartient pas, de même le tango doit rester de la danse pour la danse; rien d'autre! Mirabelle

Comment: 

Il faut bien comprendre que tous les écrits ne sont pas forcément autobiographiques :-)

il y a une part de fiction...

mais la question des motivations est intéressante. Pourquoi invite t on cette tanguera plutôt que telle autre? Il y a plusieurs raisons: les qualités (quand elles sont connues) de la personne en tant que danseuse (il est plus "facile" et plus agréable de danser avec une personne qui correspond à son niveau technique) et...la qualité de la relation personnelle que l'on peut avoir avec cette personne. C'est à dire: je la connais déjà et j'apprécie son contact, je peux en profiter pour échanger avec elle, elle est souriante, pas ralleuse etc...

Alors maintenant il ne faut pas se voiler la face personnellement je vais plutôt vers des personnes qui me plaisent car j'ai envie de passer un moment en agréable compagnie.

Et je pense que vous êtes très certainement dans le même cheminement - bien que vous n'avez encore pas trop le choix, si ce n'est de refuser une invitation (ça va changer bientôt j'espère quand vous oserez nous inviter) - mais ne me dis pas que le tango est de la danse et rien de plus, car j'ai du mal à te croire  :-)...

Ajouter un commentaire

Filtered HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Tags HTML autorisés : <a> <em> <strong> <cite> <blockquote> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd>

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier que vous êtes bien humain et non un robot, et évite l'émission automatique de spams - respectez bien miniscules et majuscules..
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.