Le tango argentin, un risque pour le couple ?

 

On en parle souvent entre tangueros/tangueras dans les réunions privées. Tel ou telle de nos connaissances n’est plus avec… c’est dommage ils avaient l’air si bien ensemble… Tiens là c’est l’ex de …maintenant elle est avec lui, là bas…T’as vu le regard qu’il lui a jeté, il ne supporte plus de la voir danser avec d’autres…Depuis plusieurs semaines ils ne dansent plus qu’ensemble…impossible de l’inviter, elle reste assise à sa table et détourne le regard…j’ai essayé plusieurs fois de faire des miradas, ca ne marche pas, je ne vais pas prendre le risque d’une invitation « à l’ancienne », venir me planter devant elle, et me ramasser une veste…

 

Les couples se font et se défont très vite dans le domaine très restreint, très privilégié du tango. Mais est ce si particulier, si spécifique au tango ? Certes les contacts, et par conséquent les possibilités de faire des rencontres, sont particulièrement favorisés, mais le « turn over » est il vraiment plus important que dans toute autre communauté ?  C’est possible et même très probable. Partager une même passion et pratiquer cette passion aussi souvent, avec les mêmes personnes, que l’on retrouve très facilement à l’occasion des milongas à droite et à gauche, dans des ambiances festives, décontractées…et ce bien-être qui nous envahit parfois pendant certaines tendas où l’on a « fait une belle rencontre », on avait vraiment une belle connexion, il m’a fallu attendre une tenda pour m’en remettre, c’était extraordinaire…Mais non, il n’y a rien de sexuel la dedans, c’est uniquement le plaisir de la danse…c’est vrai que c’était super…et j’aimerais bien le(la) revoir. D’ailleurs on a échangé nos coordonnées, comme ça on pourra plus facilement se refaire un super tango. On va se retrouver au festival de…  et très certainement à l’encuentro de…. Il y aura aussi…

Combien de fois avons nous dit ou entendu ces paroles ?

 

Les couples, formels ou informels, doivent être sacrément solides pour résister à toutes ces tentations de nouvelles rencontres, tentations de renouveler un plaisir, un bonheur rencontré une fois et que l’on « apprécie » de revivre…avec cette autre personne, que l’on apprend aussi à connaître, à apprécier…

Le tango n’est il pas un appel à la rupture d’une relation qui devient de ce fait vite éphémère ?

Certes il existe des couples qui résistent, qui sont « imperméables » à ces dangers. Comment font ils ? Ils ont un lien très fort entre eux ? ou bien une discipline très stricte qui les « contraint » à rester ensemble toute la soirée, ou bien alors ils ne se lâchent pas complètement quand ils dansent, ils ne laissent pas aller leurs sens, et se privent ainsi d’une grande partie du plaisir du tango.

 

Très difficile donc, quand on pratique le tango en couple, mais que dire des couples dont un seul est fana de tango et sort sans son conjoint, le pauvre conjoint qui ne connaît pas cet immense plaisir et reste devant sa télé ou pratique son sport favori avec ses ami(e)s ! Là je tire mon chapeau !

Une question se pose donc pour ceux qui ne sont pas encore en couple: faut il succomber à la tentation de prendre un(e) partenaire dans ce monde « dépravé » du tango ou essayer de vivre sa nouvelle vie dans l’autre monde des non pratiquants ? Faut il par avance renoncer au tango afin d’être « sûr » de minimiser les risques de voir son couple partir à la dérive ?

 

Le tango est un bonheur que l’on aime partager mais que l’on ne peut malheureusement pas partager bien longtemps avec celui ou celle que l’on aime, au risque de le perdre…

 

Claude Gosselin

Commentaires

Comment: 
Bonsoir, je voudrai juste réagir à cette phrase "dans ce monde « dépravé » du tango". Restant très naif, sans doute, je perçois le public des danseurs comme des personnes venant vivre un temps partagé dans la danse aimée et partagée qu'est le tango, comme une activité saine et propice à des relations quelques fois sensuelles mais pas plus. Le plaisir d'une belle abrazo et vraiment d'un plaisir partagé le temps de quelques tendas. L'illusion d'un soir de trouver la princesse de sa vie, bien sur, j'y crois toujours et encore, mais l'experience et l'illusion me laisse penser que le temps du bal est juste limité à un temps de partage de la milonga, plus ou mois intense et pas plus. Et puis en fin de bal, le tanguero rentre tres souvent seul (c 'est mon cas) et je trouve cela très bien. Pour un couple  formé, c'est l'opportunité de vivre une passion commune. Pas mal non plus!! Bises JC    

Comment: 

Jean Claude, j'ai utilisé cette expression, au second degré, pour faire réagir. Mais c'est vrai que dans la majorité des cas la relation tanguero/tanguera consiste en un partage limité au plaisir de danser ensemble!!

Comment: 
Cet article traite d'un problème assez tabou et a le grand mérite de l'amener sur le devant de la scène celle du tango qui est une scène où la représentation est de règle. Le tango est sans doute un danger pour beaucoup de couples. Il faut être très fort me semble t il pour maintenir la confiance et la complicité dans le couple tout en continuant de pratiquer ce loisir particulier qui suppose une grande connexion dans les couples qui se forment en dehors de l'autre qui partage notre vie. C'est à l'image de l'amour. ..le vrai sans doute idéal. ..celui qui aime en acceptant le plaisir le bonheur de l'autre y compris quand on en est exclu. Cela suppose que les deux membres du couples soient dans la même vision de l'amour et dans le même équilibre même degré de confiance et d'assurance. ..Autant dire que c'est rare. Pour ma part c'est raté. Notre couple s'est défait non pas à cause du tango mais cela y a fortement participé. D'autres couples tiennent merveilleusement la route dans mon entourage. Sans doute que l'écueil à éviter c'est que cette passion commune ne sombre pas dans l addiction pour l'un ou l'autre ou les deux. Quand cela se produit alors le tango peut être le symptôme d'un couple qui va mal ....

Comment: 
Vaste sujet!! Les couples qui tiennent à l'épreuve du tango sont des couples très solides ou tres réglementés,(tant de tandas ensemble, la cumparcita ensemble etc..) avec des codes bien précis...Il faut une grande confiance et savoir juguler sa jalousie.....le tango en couple serait ainsi une école de la tolérance et du respect de l'autre..qui ne peut s'adresser qu'à une catégorie de personnes en recherche d'équité et donc évoluées. Vaste programme pas toujours facile à pratiquer!!!

Comment: 
Coucou Claude , ton article récapitule  bien les réflexions que le tango suscite et dont nous parlons, tous, si souvent sans jamais en venir à bout ... Le grand mystère des relations humaines et de la sexualité n'est toujours pas résolu ...mais il  incarne la force de vie que nous avons "chevillé " au corps . Pas toujours facile à vivre mais tellement passionnant ....

Comment: 
Bonjour Claude  Tu nous a fait réagir lol , non nous sommes pas des dépravés , juste un peu addict de cette danse merveilleuse , qui nous enméne trés loin dans son mental et pour bien évolué dans cette danse , il souvent préférable de  changer de partenaire !!et cela  pour mieux ce retrouvez aprés !! Et vive le Tango .. Bien Amicalement Gérard 

Comment: 
Pour ma part, le tango est un risque... de relations heureuses et épanouies, vécues dans un consensus explicite et une éthique qui ne saurait en être absente. Un risque qui en ce qui me concerne est une source de nombreuses questions et échanges tres riches. Le titre et le contenu de l'article sont un peu provocs mais pertinents sur le fond

Comment: 
(Bonsoir tout le monde !!) Notre société est celle d'une très grande liberté. Liberté des moeurs, liberté de déplacement, liberté de pensée, liberté de désirs. Libertés...  Le tango est une expression de cette liberté. C'est une conséquence, pas une cause. Si vous cherchez la cause des ruptures, de l'instabilité des couples, cessez de chercher des boucs-émissaires. La cause de notre instabilité, c'est...nous.Nos peurs, nos désirs, notre instinct, notre manque de réflexion à long terme, notre innocence, notre impatience, nos lâchetés, nos refus d'affronter un conflit, nos désirs de fuir, notre peur du conformisme,  notre peur de la stagnation, notre peur du changement...Accuser le tango, de près ou de loin, c'est un non sens.    Bonne soirée à tous :) 

Comment: 
Merci Claude pour cet article intéressant. Néanmoins je le trouve très restreint, ou plutôt disons que l'interprétation (française?) du tango y semble restreinte. Et surtout dans sa pratique, dans la relation que ces "danseurs dépravés" semblent avoir. On danse jusqu'à épuisement, en Europe. On danse jusqu'à tomber malade, jusqu'à ne plus en pouvoir, jusqu'à la lie. En fait je crois qu'on a tellement besoin de contacts, d'auto-estime, on a besoin d'avoir son égo caressé à un tel point, on est dans une telle société de consommation, qu'on utilise le tango pour nourrir cet atroce besoin de contact et effacer ce sentiment de solitude. Le tango se vit très, très différemment en Argentine. Ce n'est pas mieux, c'est différent. Peut etre juste plus sain ! Mettre son couple en péril à cause du tango révèle à mon goût beaucoup de futilité et peu d'engagement. Le tango n'a rien à y voir. il y a déjà un an j'avais écrit ça... je ne sais pas si ça peut nuancer le débat ? http://tangomioandco.com/chroniques-portenes-16/ Belle soirée à tous !  

Comment: 
Le fait même de poser la question est en soi une réponse. Oui, il y a un risque de pratiquer le tango quand on est en couple ... et l'hypocrisie vient justement des gens qui prétendent le contraire ou qui refusent de se l'avouer. Car non, le tango n'est pas une activité comme les autres. Non, le tango n'est pas comparable à une partie de cartes avec un inconnu, à une partie de tennis avec un inconnu, à boire un café avec un inconnu, à un speed-dating. Non, ce n'est pas une rencontre comme une autre ... car elle relève de l'intime chez les personnes et que le premier contact avec cet inconnu est corporel. Et que c'est le langage du corps qui s'exprime et dicte le plaisir dans cette danse. Bien sûr que le tango n'est pas à l'origine de la séparation de tous les couples (heureusement d'ailleurs !!!) mais le risque existe, c'est clair et net !!! Le tango est bien plus qu'une simple danse ... du moins pour les personnes qui la considèrent autrement que comme un passe-temps ou une simple activité de loisir ... Le tango génère (en de très rares occasions) des moments très intenses émotionnellement parlant, qui peuvent être très déstabilisants sur le long terme si on est amené à revoir et danser régulièrement avec cette personne et que le courant passe bien. A moins de poser son cerveau à l'entrée de la piste et de ne pas lâcher prise dans cette danse. Bref, je trouve qu'il faut que le couple soit très solide et au clair, car il faut reconnaître que ce n'est pas forcément tout le temps évident à gérer, surtout pour les couples dont une seule personne danse le tango et sort en milonga. Autre question qui pourrait être intéressante je trouve : Que recherchent précisément les personnes seules (célibataires) qui se rendent en milonga ? Je serai curieux de connaître les réponses :-) des réponses en toute franchise et sans hypocrisie bien entendu ...

Comment: 

Oui, bien sur, c'est vrai que lorsque l'on danse en milonga on prend un risque, le risque de faire des rencontres de tous ordres aussi bien féminine que masculines, si on ne veut pas prendre de risque il faut alors rester chez soi et ne pas sortir de peur de faire une rencontre.

Le Tango, c'est prendre le risque de la liberté et l'amour ne peut s'épanouir que dans la liberté, celle que l'on offre à l'autre et que l'on se donne à soi-même, la vie est liberté conditionnée par les choix que l'on fait de sa propre existence.

Si un couple ne fonctionne pas comme cela, il prend un gros risque de rupture dont le Tango n'en sera pas la cause, mais simplement une conséquence de mauvais choix dès le départ.

Mon épouse et moi-même avons 43 années de vie commune et 22 années de Tango ensemble, nous avons fait beaucoup de rencontres très intéressantes et parfois très tendres avec nos différents partenaires, mais cela n'a jamais remis en cause notre couple, bien au contraire, je pense que cela nous a même permis de le fortifier.

La dimension et la valeur de notre vie commune ne peut en aucun cas rivaliser  avec une aventure de Tango aussi intéressante soit elle.

Par contre, je peux comprendre que dans un couple nouvellement constitué, l'analyse des situations peut faire pencher la balance d'un coté ou de l'autre, c'est risqué de venir danser en milonga pour les couples trop jeunes.

Le Tango est évidemment sexualisé, dire que l'on aime que la danse est un gros mensonge, quand on danse on est très proche et parfois dans une étreinte ce qui n'est pas innocent, la rencontre se fait bien sur une différence sexuelle, il ne faut pas s'en formalisé, mais le savoir sans essayer de détourner le propos, la sexualité est bien le moteur principal de la danse, c'est une parade amoureuse qui ne se termine pas forcement dans un lit mais aussi dans la tendresse d'une relation bien comprise.

Comment: 
Bonjour, j'ai vu des couples se former au tango, mais pas plus qu'au bureau. Certains de nos amis tangueros se sont séparés, mais pas plus que les couples de nos amis d'enfance, pas plus que dans la famille. Les gens qui pratiquent un sport, qui font du théâtre peuvent dire la même chose. Combien de tangueras sont parties avec le plombier qui lui ne danse pas ? Combien de maris ont tout plaqué pour un modèle plus récent, secrétaire ou collègue ? Les couple se separent au tango comme ailleurs. 

Comment: 
Il me semble que les gens qui agissent de la sorte sont tombés dans les pièges du tango parce qu'ils n'ont pas compris deux choses que le grand tanguero Carlos Gavito a bien exprimées: "La chose importante est de savoir pourquoi l'on danse. Nous dansons une solitude que l'on porte au fond de soi et que l'on ne peut combler avec rien d'autre. Ce manque, ce vide que l'on met en mouvement est le TANGO." - Carlos Gavito "Quand on danse avec un partenaire nous sommes très proches et la danse est très suggestive, mais ce n'est pas personnel… Close is what the music inspire you to become. L'enlacement semble personnel, mais ce que nous enlaçons vraiment est la musique." - Carlos Gavito

Comment: 

Si Gavito était un excellent danseur c'était aussi un bien piètre analyste de sa propre situation, "enlacer la musique" ! on se demande bien pourquoi il avait toujours de très jolies danseuses entre les bras et pourquoi il est resté un certain de temps avec les mêmes!

Comment: 
Je ne connais pas Gavito mais sa réflexion m'a doucement fait rigoler aussi ... Comme si quand on dansait, on enlaçait seulement la musique et on faisait totalement abstraction de la personne avec qui l'on danse ... Il n'y a pas plus personnel et intime que le tango comme expression des sentiments dans la danse. La magie du tango est justement d'arriver à créer cette alchimie avec la personne que l'on enlace, de laisser s'exprimer sa partenaire, de ne faire qu'un sur cette musique.  Juste quelques remarques en passant ... Combien de profs de tango sont sortis avec de jolies demoiselles qu'ils avaient en cours ... ? Combien d'hommes d'un certain âge se tournent "prioritairement" vers des jeunettes en milonga, délaissant au bord de la piste des femmes de leur génération qui parfois ne danse pas de la soirée ... Pour enlacer la musique ? Mais bien sûr ...  

Comment: 

Pour en avoir fait l'expérience personnelle, certaines "jolies demoiselles" prennent aussi beaucoup de plaisir à danser avec des hommes d'un certain age pour la simple raison qu'elles sont mieux comprises, considérées et surtout moins secouer qu'avec des partenaires de leur âge.

Un rien de galanterie n'est jamais un mauvais point bien au contraire.

Comment: 
Une remarque : il ne faut pas croire que le tango est une danse à part. Tout ce qui est écrit dans l'article et les commentaires qui suivent s'applique aussi à beaucoup d'autres danses. Même si le contact est moins prononcé en rock et en salsa, la communion existe. Et on y trouve aussi le/la partenaire d'un soir avec qui on a envie de faire un maximum de danses. Et que dire de la danse sportive, du zouk, du merengue, de la bachata et de la kizomba où le contact est aussi très fort, voire encore plus fort  (et plus suggestif) qu'en tango argentin. Un point de détail : tanda s'écrit avec un a (et même deux) et non tenda. Un article à ce sujet à lire dans... devinez... dans "Dans le sol" : http://danslesol.fr/content/tenda-ou-tanda 

Comment: 
Bravo, je soutiens

Ajouter un commentaire

Filtered HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Tags HTML autorisés : <a> <em> <strong> <cite> <blockquote> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd>

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.