Retour de St Geniez d’Olt - 22 au 25 Mai 2015

Tout a déjà été dit sur la qualité de ce festival, l’organisation maîtrisée, le choix des orchestres qui savent mettre l’ambiance qui va bien, les maestros qui dansent comme dans nos rêves, les Dj’s qui s’adaptent merveilleusement à leur public, les bénévoles qui sont dévoués et corvéables sans rechigner, les endroits où l’on danse cool ou classe suivant l’heure de la journée.

Alors pourquoi est ce que je me décide à écrire un « Retour » sur lequel tout le monde devrait normalement être d’accord (à moins d’avoir des goûts hors normes) ?

Je voudrais mettre l’accent sur l’atmosphère, le ressenti, le bien être éprouvé. Car oui il s’agit bien de "bien être", nous venons - je viens – chercher du bonheur, un bol d’air, une atmosphère chaleureuse, je viens rencontrer des amis, discuter, refaire le monde en rentrant à l’appartement à 4 heures du matin, devant le saucisson et la bouteille de vin rouge.

Samedi matin, petit déjeuner très tardif, et il est presque 13 heures quand nous décidons de sortir faire un tour dans le bourg. Le marché est déjà presque terminé, quelques empanadas achetés à la volée feront l’affaire pour le déjeuner qui sera pris à 15 heures.

Nous passons par les petites rues et suivons la trace des troupeaux de vaches qui sont passées, qui ont défilé devant de nombreux badauds et marcheurs venus pour les accompagner dans leur montée vers les pâturages. En effet ce week end marque le début de la transhumance, fierté de cette région.

J’entends les sons des cloches accrochées aux cous des vaches et leurs pas désordonnés sur le bitume, parfois précipités pour rattraper le reste de la troupe, et je m’égare un instant en risquant un parallèle avec nos propres pas, tout à l’heure sur la piste de danse, nous aussi nous avançons au son de la musique, tous dans la même direction (ou à peu près…) d’une manière quelque peu désordonnée…Bon j’arrête là, mais il est possible d’imaginer d’autres points de comparaison, que je garde pour moi  (avant de me faire taper sur les doigts).

Pour revenir au tango…je voudrais remercier particulièrement le DJ de la despé (lundi après midi) qui a "osé"  mettre des musiques vraiment originales. C’est la première fois que je danse le tango sur des chansons de Bourvil, et j’ai adoré. Et je n’étais pas le seul si j’en juge par la réaction très enthousiaste des danseurs qui ont fortement applaudi.

Ce qui veut dire qu’il est possible de satisfaire son public en passant autre chose (de temps en temps -  bien sûr) que des tangos traditionnels. Les DJ’s : prenez des risques !! et vous verrez comme votre public vous en sera reconnaissant !

 

A l’année prochaine, ça c’est bien vrai !  -  Je n’ai pas très bien chopé l’accent du terroir mais vous pouvez l’imaginer !

 

Les données techniques avec tous les noms des intervenants et organisateurs sont accessibles .

Claude Gosselin

 

Mon ami Jean Claude Salabura m’a fait passer un texte avec ses ressentis sur ce festival, ainsi que des photos qui vont très bien illustrer cet article :

 

Saint Geniez d'Olt - Un festival différent…par la qualité de l'atmosphère qui règne dans les rues, des spectatrices différentes, du Folklore local et vivant, ainsi que du Folklore venu de Bretagne.

Par la générosité des bénévoles toujours attentifs et prévenants.


 

Et bien sûr par une programmation toujours au top.

Merci à vous tous, chers Aveyronnais passionnés de Tango.

jcsalab

 

Commentaires

Comment: 

Si je ne me trouvais aux Antilles pour cause de mariage et d'irrépressibles désirs d'horizons lointains, je serais retourné, cette année encore, à ce festival qui réunit, au-delà de nos attentes tango, bien de précieuses qualités : simplicité, authenticité, traditions...

Autant d'objectifs difficiles à poursuivre dans une grande ville comme Toulouse mais que nous avons la chance de pouvoir trouver dans notre magnifique région grâce à sa diversité : Saint Etienne de Tulmont, Montcuq, Tarascon, Auch et au-delà du périmètre administratif, Laroque-Timbaut, autant de lieux que ma compagne et moi fréquentons avec délices pour la convivialité qui y règne.

Merci pour article et photos qui ont permis aux absents de réveiller des sensations passées.