Tango entre amis à Lloret : 22- 24 mai 2015

Voilà une bien juste dénomination ! Je viens de vivre pour la 3ième année consécutive ce we prolongé du mois de mai à LLoret sous l’attention bienveillante de Pierre et de Joëlle, les organisateurs. De quoi me réconcilier ou d’apprécier encore plus cette danse qui prend tout son sens de Danse Sociale avec CyberChris et ses amis DJs : Josette, Constantinos qui ont animé avec esprit d’équipe et cohérence les milongas des am et des soirées.

Nous étions presque 90 tangueros et tangueras des 4 coins de France : Pas de Calais, Nancy, Haute Savoie, Lyon, Toulon, Toulouse, Tarbes et je dois en oublier… Peut-être un effectif supérieur de danseuses ! Sans doute le bouche à oreille fonctionnant… à propos du  déverrouillage du code de l’invitation… qui nous a permis à nous danseuses de franchir le pas sans crainte, ces messieurs jouant le jeu… ou peut-être au fond d’eux-mêmes,  sont-ils  contents de nous laisser cette possibilité de les inviter ?

Quelles ont été les conditions qui ont facilité les échanges, les découvertes des uns et des autres et aussi  les bonnes surprises de « tanguero-compatibles » ? En premier lieu nos 3 DJs sur la même ligne ont proposé  des tandas de 3, d’où une plus grande dynamique du bal ! Ceci est incontestable !

Ensuite l’incitation renouvelée de Chris aux danseuses à inviter… et puis tel un jeu : invitation par  les danseurs, des danseuses avec qui ils n’ont jamais dansé… et voilà que nos tangueros scrutaient les visages, se déplaçaient aux extrémités  de la salle pour tendre la main à une tanguera… Autre jeu : des tandas de 2×2 ! Qu’est-ce ? La femme invite, danse 2 tangos, puis  l’homme va inviter une danseuse assise pour 2 tangos…

Tout cela avec le sourire, la bonne humeur…

Si nous pouvions avec nos organisateurs de milongas et nos DJs imprimer une telle démarche ici à Toulouse, certes en   dose homéopathique au début, peut-être cela finirait-il à rendre les danseuses plus actives, et les danseurs moins enserrés dans la tradition ?

Pensons à toutes ces festivalières qui consacrent un budget conséquent  aux festivals loin de chez elles,  et qui courent le risque d’en revenir frustrées, déçues ! Dernièrement un tanguero que j’apprécie revenant de San Sébastian m’a fait part de son observation de femmes qui n’ont jamais ou si peu dansé !

Tangopostale 2015 doit reprendre ses initiatives concernant la convivialité : flyers sur les tables, affiches, « petits truc » arborés par les hommes souhaitant être invités ? (allons nous renouveler le petit ruban à la poitrine ?)

Dans tous les cas l’équipe Tangopostale est bien décidée à poursuivre dans ce sens,  même si elle sait que cette démarche s’inscrit dans la durée.

Nous avons besoin de tous et de toutes pour y parvenir !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *